The Golden Calf

L’œuvre réalisé en 1994 est constituée d’un piédestal blanc, sur lequel est déposé un moniteur à cristaux liquides de couleurs relié à un ordinateur. Le spectateur se voit révéler à travers l’écran un veau d’or déposé sur le piédestal. Il peut tourner autour de l’œuvre et constater sa posture réel pourtant en 3D. Le corps virtuel se révèle physiquement dans l’espace réel. Jeffrey Shaw a voulu faire parvenir au travers du veau une incitation à la réflexion sur le réel sur le lieu de l’installation.

Vous pouvez voir cette installation sur Youtube en cliquant ici.

Publicités

EVE (Extended Virtual Environment)

EVE est un projet de recherche et de développement initié au ZKM.C’est une nouvelle forme de visualisation interactive immersive.
Au centre d’un vaste dôme gonflable, deux vidéoprojecteurs sont montés sur un véhicule motorisé qui peut déplacer l’image projetée n’importe où sur la surface intérieure de la coupole. Les deux vidéoprojecteurs présentent 2 images stéréoscopiques – les spectateurs portent des lunettes polarisantes et peuvent voir l’image projetée en trois dimensions.
L’un des visiteurs de EVE porte un casque avec un dispositif de surveillance spatiale qui identifie la position et l’angle de la tête. Ceci contrôle le positionnement des vidéoprojecteurs, de sorte que l’image projetée suit toujours la direction du regard du spectateur. De cette façon, le spectateur peut déplacer la photo sur toute la surface du dôme et explorer de façon interactive les scénographies générées par ordinateur. Un joystick permet également au spectateur de contrôler ses mouvements avant et arrière dans l’espace virtuel.
Les spectateurs choisissent ce qu’ils veulent voir du film dans lequel ils sont immergés. À la fois cadreur et monteur de chaque projection, aucun des spectateurs ne voit le même film.
Citons comme exemples de films conçus spécialement pour EVE :

  • Si Poteris Narrare, Licet (2002), le premier ifilm de Jean Michel Bruyère.
  • Perm (2003), le premier ifilm abstrait de Jeffrey Shaw.

The Legible City

L’œuvre la plus connue : The Legible City, en collaboration avec Dirk Groeneveld. Il s’agit d’une simulation de déplacement sur grand écran. Un petit écran placé sur la bicyclette indique le plan de la ville sélectionnée, avec un indicateur signalant la position du cycliste. L’architecture textuelle est rédigée par Dirk Groeneveld.
Contrairement à une vidéo, cette expérience permet au spectateur d’être libre, il se déplace où il veut, ce n’est pas linéaire. L’exploration est totale.
L’expérience est considérée comme un acte inaugurateur des recherches artistiques dans le domaine de l’immersion. Le monde réel et virtuel se retrouvent ainsi combiné.
L’hybridation entre l’action de faire du vélo et l’action de lire constitue ainsi une expérience originale de ce qu’on peut appeler un prototype de système de réalité virtuelle. Ce fut la première tentative réussie de faire pénétrer un utilisateur dans un monde virtuel en 3D.
Vidéoprojeté à échelle humaine, cette oeuvre marqua les esprits et permit à de nombreux artistes d’entrevoir un nouveau champ artistique.
On pouvait dont visiter 3 lieux: Manhattan (1989), Amsterdam (1990) et Karlsruhe (1991). New York est composé huit textes, monologues de personnalités liées à la ville. Amsterdam –> chroniques historiques de la cité. Il est donc possible de parcourir à vélo une ville virtuelle dont les rues sont bordées de lettres en volume formant des mots et des phrases. Le guidon représente l’orientation et les pédales représentent la vitesse du déplacement.

Vous pouvez voir cette installation sur Youtube en cliquant ici.

Jeffrey Shaw

Chercheur et professeur, Jeffrey Shaw fait figure de pionnier dans le domaine des nouveaux médias, il est considéré comme l’un des plus grands chercheurs au monde dans le domaine du cinéma numérique interactif.

Une vie artistique

Jeffrey Shaw, né à Melbourne en 1944, est un artiste multimédia australien. Il vit et travaille à Hong Kong (Chine). Il est le Directeur administratif du Centre de recherche du cinéma Interactif, College of Fine Arts, University of New South Wales, Sydney (Australie). Son œuvre prolifique a été largement exposée et acclamée par la critique internationale.

Jeffrey shaw étudie l’architecture puis l’histoire de l’art à l’université de Melbourne. En 1965 il part étudier la sculpture à l’académie d’art de la Brera de Milan, puis à l’école d’art  Saint Martin à Londres. De 1969 à 1979, il est un membre fondateur de l’Eventstructure Research Group, à Amsterdam.  En 1989 il est professeur invité à l’académie d’art de Rotterdam. Puis en 1990, il est professeur invité à la Rietveld Academie d’Amsterdam. En 1995, Jeffrey Shaw a été nommé Professeur d’arts médiatiques.

Entre temps il a été fondateur-directeur de l’Institut de recherche des supports visuels du ZKM de Karlsruhe en Allemagne (1991 – 2002).
Au ZKM, il a conçu et dirigé un vaste programme de recherche artistique comprenant les séries Artintact (publications numériques) et Multimediale (expositions des arts médiatiques internationaux), avec plus d’une centaine de projets d’artistes en résidence, et a inventé de nouvelles plates-formes de création comme Extended Virtual Environment ou EVE (1993), PLACE (1995) et Panoramic Navigator (1997).

Des oeuvres révolutionnaires

Les oeuvres de Jeffrey shaw peuvent se séparer en 3 parties:

Mixed-media events (plusieurs média sont utilisés : son, vidéo, architecture) :

  • Emergences of Continuous Forms (1966)
  • Smokescreen (1969)
  • Neon Wave Sculpture (1979)
  • Kinetic Light and Mirror Sculpture (1978)
  • Laser Installation and Performances (1976)
  • Architext (1992)

Air structure :

  • MovieMovie (1967)
  • Disillusion of a Fish Pond (1967)
  • Corpocinema (1967)
  • Airground (1968)
  • Waterwalk (1969)
  • Artificial Landscapes (1969)
  • Waterwalk Tube (1970)
  • Waterquake (1970)
  • Cloud (of daytime sky at night) (1970)
  • Three Pavilions (1971)
  • Video Narcissus (1987)

Installations numériques :

  • Points of View I (1983)
  • The Narrative Landscape (1985)
  • Inventer la Terre (1986)
  • Going to the Heart of the Center of The Garden of Delights (1986)
  • Anamorphoses of Memory (1986)
  • Infinity Divided by Sixteen (1987)
  • Heavens Gate (1987)
  • An Imaginary Museum of Revolutions (1987)
  • The Legible City (1989)
  • Alice’s Room (1989)
  • Revolution (1990)
  • The Virtual Museum (1991)
  • EVE (1993)
  • The Golden Calf (1994)
  • Place – a user’s manual (1995)
  • ConFIGURING the CAVE (1996)
  • Place – Ruhr (2000)

 

Influences

Jeffrey shaw a inspiré plusieurs artistes, notamment le collectif de graphistes H5 grâce à The Legible City, qui a réalisé le clip vidéo The Child du français Alex Gopher en 1998.
Cette ville est également composé de mots représentant des objets, des structures.

 

Conclusion

Jeffrey Shaw a donc ouvert la voie et défini les repères pour l’utilisation créative des technologies numériques dans les domaines de réalité virtuelle et augmentée, des environnements de visualisation immersive, des systèmes cinématographiques navigables et de la narration interactive. Ce qui nous plait dans ces 3 œuvres, c’est de laisser le choix au spectateur, qu’il soit libre de ses actions grâce à ces immersions dans un monde virtuel.

 

Les 3 prochains articles seront consacrés à 3 des ces œuvres principales: The Legible City avec Dirck Groeneveld, présenté à Artifices en 1990, EVE (Extended Virtual Environment), créé au ZKM en 1993 et The Golden Calf en 1994.

TD 8 – Les Couleurs

Des points s’affichent aléatoirement sur la scène. Il est possible d’ajouter du rouge en appuyant sur la touche R du clavier, du bleu en appuyant sur B et du vert en appuyant sur V.
La taille des cercles peut varier en appuyant sur S (stroke). Au bout d’un moment  les points seront blancs, vous pourrez alors remettre les cercles à l’état initial en appuyant sur C (clean).

 

http://studio.processingtogether.com/sp/pad/iframe/ro.9yjL0HT7GdTzH/rev.1?autostart=0